Image Image Image Image Image Image Image Image Image

20 nov

Publié par

No Comments

Bonnes pratiques sanitaires : Des réponses à vos questions

20/11/2013 | Publié par | No Comments

Questions portant sur les bonnes pratiques sanitaires, traitées par le Dr Nicolas Vidal-Naquet et le Dr Benoît Siefert.

Trop de législation dans la délivrance des traitements de la Varroase ne serait-elle pas dissuasive chez les amateurs possédant une ou deux ruches ?

Au contraire, les amateurs ont une responsabilité majeure dans l’élevage et la conduite sanitaire de leurs colonies. En outre, rappelons qu’un amateur, comme un professionnel produit une denrée d’origine animale, il doit donc respecter la législation sur la pharmacie vétérinaire.
En plus, cela permet d’être en contact avec un professionnel qui donnera les instructions de prescription.

Existe-t-il des tests rapides et fiables de détection de maladies pathogènes comme la loque ou la Nosémose ?

Pour Nosémose, le diagnostic de certitude est l’analyse de laboratoire. Pour la loque américaine, le test ELISA commercialisé sous forme de kit et utilisé uniquement pour confirmer une suspicion.

Je me suis souvent rendu compte que vouloir sauver des colonies faibles se résumait par une perte de temps et rarement par un franc résultat positif. Ne pensez-vous pas que la seule solution valable soit la destruction ? (quelques fois j’hésite)

En effet, les colonies faibles sont souvent des non valeurs. Néanmoins, il peut être possible de sauver les colonies faibles en combinant différentes mesures sanitaires, incluant renouvellement accru des cires, changement de reines. Il est vrai que ça demande beaucoup de temps et de surveillance cependant, il est également important d’identifier les causes de l’affaiblissement, qui permet de mettre en place les mesures les plus adaptées pour limiter les risques pour les autres colonies.

Crédit photo © Véto-pharma

Ecrire un commentaire